Beauté et splendeurs des jardins "à la française" en Eure-et-Loir

Par eurelien.fr
//  Publié le
06-07-2014
//  Mis à jour le 20-04-2015
Temps de lecture : 9 min

Les jardins "à la française" sont des oeuvres à parcourir et découvrir.

Ils se caractérisent par le souci de la perfection visuelle, des aménagements lourds et l'art topiaire.

André Le Nôtre est issu d’une lignée de jardiniers. Il a étudié la peinture, la sculpture et l’architecture en plus de sa spécialité. Il reprend en 1653 la charge de « dessinateur des plants et parterres » laissée vacante par son père. Il ne devient pas premier jardinier du roi bien qu’il en assume la charge. En 1681, il est anobli par le roi Louis XIV. Il travaille pour les plus grands domaines, de Vaux-le-Vicomte à Versailles et même à l’étranger.

Son oeuvre sur le jardin de Maintenon

Il conçoit un jardin à la française pour Maintenon dont attestent trois dessins datés de 1683, conservés aujourd’hui dans le fonds de l’architecte Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France et, vraisemblablement, de la main de cet architecte. L’intervention d’un architecte peut étonner aujourd’hui, mais la création d’un jardin est le fruit d’une collaboration entre spécialistes, architectes,  dessinateurs, hydrauliciens, maçons, sculpteurs et jardiniers à proprement parler. Le projet porte sur l’aménagement de l’île, face à l’aqueduc alors en construction. Trois variantes proposent de  remodeler la forme du terrain en tentant de lui donner une forme géométrique simple, soit le triangle, soit le rectangle. Les plans intègrent les éléments fondamentaux du jardin dit à la française : parterres symétriques, utilisation de topiaires, arbustes taillés selon des formes géométriques, le plus souvent des buis ; mise en scène de la perspective.

Des antériorités à Anet, Meslay-le-Vidame…

En fait, l’art du jardin s’est pratiqué en Eure-et-Loir bien avant la venue de Le Nôtre. Dès la fin du XVIe siècle, Jacques Ier Mollet élabore un jardin pour Anet comportant des terrasses surélevées, des parterres au tracé géométrique, des statues fontaines et topiaires. Il pose de fait les fondements de la composition du jardin à la française. On sait aussi que le président de Thou, vers 1653, refait un jardin à Meslay-le-Vidame. Il comportait un verger composé selon des règles visant à obtenir les plus belles qualités de fruits tout en devenant lieu d’agrément par le jeu des coloris des feuillages  et des écorces et la variété des formes des arbres fruitiers. La conception d’un jardin, mais aussi d’un verger ou d’un potager, relève d’un art complexe qu’applique. La Quintinie une trentaine d’années plus tard au potager du Roi à Versailles. Cet art associe la conception théorique au savoir-faire pour que l’ensemble soit un faire-valoir à la demeure seigneuriale, mais en même temps prenne en compte les dernières connaissances en la matière.

Un renouveau après 1750

Au XVIIIe siècle, le jardin à la française tombe peu à peu en désuétude. On y substitue dans ce qui devient un parc une « fausse nature » mise en scène et parsemée de fabriques, petites constructions souvent inspirées de l’antique, destinées à animer. Le marquis de Surgères à Comteville, Jean-François de Pré à Fains tout comme les Guéau de Reverseaux à Rouvray-Saint-Florentin, les Penthièvre  à Anet, la famille de Montboissier, renouvellent leurs jardin après 1750. L’eau et les terrasses y jouent alors un rôle majeur. Au XIXe siècle, la mutation se poursuit. Désormais, la mode est au jardin  à l’anglaise, une composition qui vise à recomposer de toutes pièces un semblant de nature sauvage avec l’introduction de plantes et d’arbres exotiques. C’est dans ce but qu’en 1848, le duc de  Noailles s’adresse aux frères Bühler pour l’aménagement du parc de Maintenon. Cet été parcourez l'Eure-et-Loir côté jardins.

En images

  • Jardins à la française
A voir aussi sur le même sujet
Les anciennes papeteries Firmin-Didot à Sorel-Moussel
Sorel-Moussel : le château industriel de la dynastie Firmin-Didot
Le Château de Maintenon a revêtu ses couleurs de printemps

A ne pas manquer dans l'actualite

viatrajectoire-ephad
ViaTrajectoire, l’admission simplifiée en établissement d’hébergement pour personnes âgées
Le calendrier 2017 des randonnées
Archives sonores : Ils ont vécu cette époque, ils racontent leurs souvenirs