Clémentine Célarié à l’affiche du premier film 100% Eurélien

Par eurelien.fr
//  Publié le
23-12-2016
//  Mis à jour le 23-12-2016
Temps de lecture : 6 min

L’histoire d’amour entre le 7ème art et l’Eure-et-Loir continue. Après le César décroché par le Drouais Cyril Dion pour son documentaire Demain, les rôles remarqués du Mainvillois Victor Meutelet chez Claude Lelouch (Salaud on t’aime) ou dans la série Clem sur TF1, un film 100 % drouais est actuellement en cours de tournage.

 

En Mille Morceaux est un huis clos qui se déroule sur 24 heures, sur la rencontre entre une femme et l’assassin de son fils, vingt-cinq ans après les faits. Il met en scène Clémentine Célarié (37°2 le matin) et Serge Riaboukine (La Tour Montparnasse Infernale). Dreux et l’Eure-et-Loir sont fiers d’accueillir le premier film entièrement produit et réalisé en Région Centre. Trois jeunes comédiens drouais débutants participent à l’aventure : Lily Mériadec, Jean-Baptiste Marchais et Juan-Carlos Ruiz. Habitants, entreprises et collectivités locales ont apporté leur aide pour permettre la naissance de ce projet financé en dehors des circuits traditionnels. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir est l’un des financeurs de ce film.

« La première fois qu’on traite ce thème au cinéma »

La réalisatrice Véronique Mériadec, connue des Drouais pour ses tours du monde à vélo et ses documentaires, porte ce projet avec ferveur. Un film dont la sortie dans les salles obscures est prévue fin 2017. « Ce sera la première fois que le thème de la justice réparatrice est traité au cinéma. Que peut-il découler d’une telle rencontre entre deux êtres que le pire des drames oppose ? », s’interroge-t-elle dans son premier long-métrage de fiction.

Sur le tournage, des bouillottes pour se réchauffer

Derrière la grande bâche qui distille une lumière tamisée, le décor du tournage a été planté dans un immense hangar prêté par une société locale drouaise. Plus d’une trentaine de personnes s’y pressent chaque jour pour des sessions intensives de tournage, dans une ambiance à la fois détendue et professionnelle. Les pieds des caméramans crissent dans le faux verre pillé qui jonche le sol. Pour tromper le froid de décembre, techniciens et acteurs ont le droit à des bouillottes pour se réchauffer. Entre deux prises, Serge Riaboukine raconte des plaisanteries pendant que Clémentine Célarié fait les cent pas avec la réalisatrice, soucieuse de la manière de donner vie à son personnage. Rendez-vous fin 2017 dans les salles obscures pour découvrir le film.  

Les fiches cantons: 
Les communes: 

A ne pas manquer dans l'actualite

viatrajectoire-ephad
ViaTrajectoire, l’admission simplifiée en établissement d’hébergement pour personnes âgées
Le calendrier 2017 des randonnées
Archives sonores : Ils ont vécu cette époque, ils racontent leurs souvenirs