En 2014, luttons contre les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC)

Par eurelien.fr
//  Publié le
30-10-2014
//  Mis à jour le 31-10-2014
Temps de lecture : 8 min
accident-cardiaque-cerebral-avc-2014-campagne

Chaque année en France près de 60 000 personnes décèdent à la suite d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Reconnaitre les signes de cette pathologie permet de sauver des vies mais quels sont les symptômes liés à celle-ci ?

Détecter les symptômes d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

 
En 2014, beaucoup ne savent toujours pas reconnaitre les signes d’un AVC. Quand survient l’accident, les symptômes sont souvent pris à la légère. Les AVC représentent pourtant la troisième cause de mortalité en France. Bien que les personnes âgées de plus de 75 ans soient majoritairement frappées par cette maladie, le nombre de nouveaux cas augmentent chez les personnes de moins de 65 ans. De plus cette pathologie grave est classée première cause de décès chez la femme. Celle-ci, est essentiellement due à deux mécanismes : l’hémorragie et l’infarctus cérébral. 
 
accident-cardiaque-cerebral-2014-campagneAujourd’hui nous connaissons bien mieux les facteurs de risque des AVC. 5 facteurs représentent à eux seuls 80% des accidents. Il s’agit : de l’hypertension artérielle, le tabagisme, l’obésité abdominale, une alimentation trop riche et le manque d’activité physique. Ces facteurs sont tous modifiables car ils sont fortement liés aux conditions de vie. L’activité physique peut par exemple diminuer d’un tiers le risque.  Enfin le tabagisme est la seconde cause d’AVC.
Il existe, par ailleurs, plusieurs traitements qui ont une efficacité relativement importante s’ils sont administrés rapidement. Il est donc important de connaitre l’ensemble des signes qui permettront de reconnaitre un cas avéré d’AVC afin de prévenir dans l’optique de guérir.
 

3 signes caractéristiques permettent de déceler un AVC

 
- Un engourdissement de la bouche provoquant une déformation de celle-ci
- Un engourdissement d’un côté du corps accompagné de faiblesses. Une personne victime d’un AVC ne peut pas lever un des bras, le bras engourdi ne reste pas non plus en hauteur et retombe immédiatement.  
- La difficulté à parler est aussi un signe caractéristique. La victime aura des difficultés importantes à se faire comprendre par exemple.
 
Si vous êtes témoin de ces symptômes, munissez-vous de votre téléphone et composez le numéro des urgences : le 15.
 

Que faire en attendant les secours ?

 
Face à ce côté imprévisible de la maladie nous sommes souvent désemparés, pourtant des gestes simples permettent de minimiser les risques liés à cet accident.
 
- Gardez les idées claires, vous devez être méthodique tout en essayant de ne pas paniquer
- Allongez la personne en lui disposant un oreiller sous la tête et attendez l’arrivée des secours
- Notez l’heure à laquelle les premiers signes sont apparus
- Si la personne a effectué des prises de sangs ou prend un traitement chronique, réunissez l’ensemble des documents qui permettront aux secours d’en savoir plus sur ses antécédents médicaux.
- Ne faites ni boire, ni manger la personne. Il est important également de ne pas lui administrer des médicaments ou encore de réaliser une injection
 
Connaitre les signes de cette pathologie et l’attitude à adopter face à celle-ci permet considérablement de faire baisser la mortalité liée aux AVC.
 

Quelques chiffres

4 453 patients domiciliés en région Centre hospitalisés pour AVC en 2012
1 305 pour Accident Ischémique Transitoire (AIT) (ne laissant pas de séquelles) 
Pour environ les 3/4,  les patients ont plus de 65 ans mais on dénombre 13 AVC en 2012 chez des enfants de moins de 15 ans
Les communes: 

A ne pas manquer dans l'actualite

Soirée ouverture AES
Lancement de la saison Arts en scène 2017-2018
Lancement du site assmat28.eurelien.fr
hiver-chasse-neige-eure-et-loir
Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir a activé son « plan hiver »