Sorel-Moussel : le château industriel de la dynastie Firmin-Didot

Par eurelien.fr
//  Publié le
08-03-2014
//  Mis à jour le 20-04-2015
Temps de lecture : 9 min
Les anciennes papeteries Firmin-Didot à Sorel-Moussel

Entre Dreux et Anet, Sorel-Moussel abrite l'un des fleurons du patrimoine industriel départemental : les anciennes papeteries fondées par Ambroise Firmin-Didot...

Le village de Sorel-Moussel a connu une intense activité industrielle avec les papeteries Firmin-Didot. Témoin de ce passé, un magnifique bâtiment de brique domine toujours la vallée de l’Eure.

Issus d’une dynastie parisienne d’imprimeurs, Ambroise Firmin-Didot et son frère Hyacinthe implantent à Sorel-Moussel la papeterie familiale, créée par leur père Firmin dès 1811. Le lieu d’implantation choisi est le site antérieur d’un moulin. L’ensemble comporte alors une fonderie de caractères, une papeterie et une librairie. Cette constitution correspond à la tradition de l’imprimerie sous l’Ancien Régime. L’imprimeur est alors un érudit, capable de composer et de fondre ses propres caractères et, en même temps, le fabricant des livres qu’il vend ensuite dans sa librairie. Il maîtrise toute la chaîne de production du livre, de la composition à la diffusion, produisant, outre l’impression, son propre papier. Ambroise Firmin-Didot ne déroge pas à cette règle.

Les châteaux de l’industrie

 
Une architecture d'un grand raffinement

 

Les bâtiments de l’usine se développent tout au long de l’Eure. Une nouvelle usine est bâtie à la fin du XIXe siècle. Édifice de qualité tout en brique, animé de motifs ornementaux et de percements en plein cintre aux encadrements soignés, cette usine fait partie de celles qui ont été parfois nommées « les châteaux de l’industrie ». L’architecture de ces usines, d’un grand raffinement, avec un traitement ornemental des façades, devient l’emblème de la prospérité de l’industrie. Elle n’est pas que fonctionnelle mais atteste de la réussite sociale des industriels et de leur richesse.

Pour étayer leurs propos, les architectes puisent dans le répertoire décoratif de bâtiments plus prestigieux tels les églises ou les châteaux. Ils placent sur les façades de leurs usines des lésènes, simples bandes de faible épaisseur, ou des bandes lombardes formant une succession d’arcatures inspirées du vocabulaire roman. Ils jouent sur les ouvertures, multipliant les baies en plein cintre encadrées de fortes moulurations, les oculus. À Sorel-Moussel, le décor se concentre sur la façade composée de briques aux joints finement marqués et enrichie de motifs triangulaires en légère saillie. Les percements, nombreux et bien mis en valeur, correspondent aussi à la nécessité de faire entrer la lumière indispensable à la bonne réalisation du travail.

La décote des années 1970

L’activité de la papeterie, florissante pendant tout le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, décroît dans les années 1970 jusqu’à la fermeture définitive. Les bâtiments sont alors occupés par la Société Bureau International Pneumatique, puis par Montreuil-Pneus. Pendant longtemps, la société assure l’entretien des vannes régulant le cours de l’Eure. Mais, en mai 1986, lorsque éclatent deux incendies successifs, il apparaît que le site n’est plus qu’un lieu de stockage de pneumatiques, l’entretien des vannages étant abandonné. Cette situation nuisant à la régulation des eaux de l’Eure, une enquête est ouverte pour déterminer l’état exact du bras de décharge ; il s’ensuit la fermeture de ces entrepôts. Le site des ex-papeteries, après nettoyage et dégagement des matériaux carbonisés, abrite alors une turbine d’EDF placée sur le bras.

Le bâtiment central de la papeterie Firmin-Didot garde encore aujourd’hui de l’allure, malgré les atteintes du temps et des hommes. Témoin du glorieux passé de cette papeterie, la statue d’Ambroise Firmin-Didot, élevée sur la place publique de Saint-Roch à Sorel-Moussel le 21 juin 1891, après une souscription publique lancée en 1890, demeure sur son piètement en forme de colonne classique. L’actuel Espace Didot, pépinière d’entreprises pour artisans et commerçants, conserve la mémoire de ses fondateurs.

En images

Les communes: 

A ne pas manquer dans l'actualite

viatrajectoire-ephad
ViaTrajectoire, l’admission simplifiée en établissement d’hébergement pour personnes âgées
Le calendrier 2017 des randonnées
Archives sonores : Ils ont vécu cette époque, ils racontent leurs souvenirs