Géo Lefèvre : l'inventeur du Tour de France est eurélien

Par eurelien.fr
//  Publié le
13-07-2014
//  Mis à jour le 01-02-2019
Temps de lecture : 12 min

Ancien élève du lycée Marceau de Chartres, Georges Lefèvre (le troisième assis en partant de la droite) est l’initiateur du Tour du France. Il émet l’idée de créer un Tour de France à bicyclette en 1902.

Une idée lumineuse pour ce journaliste sportif qui se destinait à une carrière dans l’enseignement.

Georges Lefèvre – ou plutôt Géo Lefèvre, de la signature de son premier article qu’il gardera à vie – est un Eurélien méconnu mais son coup de génie fut remarquable. C’est lui qui proposa de faire le tour de France à bicyclette pour relever les ventes du journal L’Auto en concurrence avec un autre titre de la presse sportive. Au décès de son père en 1890, il obtient une bourse de pensionnaire dans un lycée de province. Sa mère choisit alors de l’envoyer à Chartres et « ce fut là, la première chance de ma vie », souligne Géo Lefèvre dans ses mémoires. Car à Chartres, il rencontra un homme qui allait orienter sa vie : Gaston Sevrette, professeur d’anglais, passionné de sports et rédacteur occasionnel pour des journaux sportifs.

Une idée lancée en novembre 1902

Au cours de ses études et alors qu’il se destinait à l’enseignement des lettres, le jeune Lefèvre prend goût à la pratique sportive aux côtés de ce professeur : « Le jeudi et le dimanche, il nous initiait au rugby sur la pelouse en pente du clos Pichot et nous faisait disputer des courses sur l’allée circulaire de ce petit parc (…) Chaque année, il organisait à Chartres une réunion interclubs dite Réunion des Grands Prix. » Géo Lefèvre conservera toute sa vie l’amour du rugby et fut chargé plus tard, en tant que journaliste sportif, de représenter son journal dans les grandes compétitions de l’époque.

Le premier tour passe en Eure-et-Loir

Géo Lefèvre travaille d’abord pour le quotidien Vélo avant de rejoindre L’Auto, l’ancêtre de L’Équipe, en devenant en janvier 1901 le chef de la rubrique cyclisme. Il faut dire que la concurrence entre ces deux journaux est âpre et pour relancer les ventes du journal, toutes les équipes de L’Auto sont mobilisées pour trouver une solution. C’est alors qu’il lance « un peu au hasard et sans grande conviction », un jour de novembre 1902, l’idée d’un Tour de France par étapes. Le 20 novembre 1902, Henri Desgrange invite Géo Lefèvre à déjeuner à la brasserie parisienne « Zimmer ». Il  propose, sans grande conviction, l’idée d’une course qui ferait le tour complet du pays, en plusieurs étapes. « C’est l’expression que j’ai employée en premier et qui m’a traversé l’esprit, ce matin-là, ce fut une sorte de réflexe pour dire quelque chose », confie Géo Lefèvre. Malgré la réticence de son supérieur Henri Desgrange, trouvant l’idée folle et le projet « assassine » pour les coureurs de  l’époque, il obtient, grâce à Victor Goddet, une aide financière pour son premier Tour de France.

Les coureurs roulent de nuit

Il s’occupe de tout. Il est à la fois : suiveur, contrôleur, chronométreur, journaliste, juge, directeur général ! Il s’offrait le luxe de pédaler aux côtés des coureurs ! Un travail titanesque pour un homme âgé de 26 ans seulement, qui doit écrire un compte rendu d’une page à la fin de chaque étape. D’autant plus qu’à cette époque, les cyclistes roulent de nuit pour arriver de jour car les étapes sont très longues. Le 19 juillet 1903, le premier Tour de France se termine à Paris, avec un passage en… Eure-et-Loir ! « C’était un homme d’une grande modestie, gentil et plein d’humour », souligne Jacques Augendre, journaliste aux 55 Tours, qui a eu l’occasion de rencontrer Géo Lefèvre. Un grand nom du sport eurélien, au même titre qu’Hélène Boucher et Charles Brennus.

 

 

 

Mon cher lycée Marceau
Membre de l’équipe de rugby du lycée Marceau en 1894, Géo Lefèvre gardera un souvenir impérissable de ses années passées en Eure-et-Loir. C’est ici qu’il découvre la pratique sportive et l’esprit d’équipe. Sur la photo d’archives ci-contre datant de cette époque, on retrouve le jeune Géo Lefèvre assis au premier rang: c’est le troisième en partant de la gauche. « Avant de quitter mon cher lycée Marceau, avec mes deux bachots, j’avais assez bien pigé le rugby et contribué à la formation de cette “école de Chartres” qui a donné aux premières équipes de France plusieurs internationaux notoires.»

 

Les communes: 
  • Tour de France
  • cyclisme
A voir aussi sur le même sujet
Suger en Premier ministre (représentation moderne)
L'abbé Suger, prévôt de Toury, devenu "Père de la Patrie"

A ne pas manquer dans l'actualite

maintenantoncapte28.fr
Un guichet unique pour un réseau mobile de qualité en Eure-et-Loir
le-preau-mediatheque-prunay-le-gillon
Inauguration de la médiathèque de Prunay-le-Gillon
campus-parentalite
Éducation : un accès à Campus parentalité offert à tous les euréliens