Paul-Loup Chatin : "C'est une expérience inoubliable !"

Par eurelien.fr
//  Publié le
13-07-2014
//  Mis à jour le 01-02-2019

L'Eurélien Paul-Loup Chatin (2e en partant de la gauche) s'est hissé sur la troisième marche du podium lors des dernières 24 Heures du Mans auto.

Une très belle performance pour ce jeune pilote originaire d'Ouarville. Rencontre.

Félicitations pour cette troisième place...

C’est fabuleux ! C’est une expérience inoubliable, exceptionnelle ! Le Mans est un circuit mythique que chaque compétiteur rêve de gagner. L’équipe s’est battue jusqu’au dernier moment pour avoir cette place sur le podium.

Lors de notre dernière rencontre en 2012, vous courriez en Formule Renault. Que s’est-il passé depuis ?

2012 a été une année cruciale. Je réalise une bonne saison mais pas assez pour obtenir un  soutien financier. En fin d’année, je reçois une proposition de l’écurie Alpine que j’accepte. Je me lance ainsi dans l’endurance. En 2013, nous effectuons des essais, des tests et je gagne le championnat d’Europe ELMS en LMPC. Cette année, je deviens pilote officiel Alpine. Nous finissons 5e à Silverstone, 3e à Imola et 3e aux Mans.

Que représente pour vous ces 24 heures du Mans ?

Il y a un engouement populaire exceptionnel autour de cette course. Il y a aussi une ambiance incroyable. Cette nouvelle édition a rassemblé plus de 270 000 spectateurs... Cette course est au-dessus des autres. Etant originaire d’Ouarville, j’ai senti des émotions particulières sur ce grand circuit qui se trouve à proximité de l’Eure-et-Loir. C’est la plus belle course d’endurance au monde !

Comment se sont passés vos relais ?

Le premier a eu lieu vers 17 h 30 et il a duré plus de trois heures. Il a été difficile à gérer à cause de la pluie pendant toute la première heure. J’ai même effectué un aquaplanage sur 200 mètres… Le second s’est déroulé pendant la nuit : c’était une première pour moi ! J’avais très peu roulé dans ces conditions et ce fut une véritable découverte. Il m’a fallu deux à trois tours d’adaptation pour me sentir pleinement à l’aise et être très compétitif.

Enfin, votre troisième et dernier relais est marqué par une panne qui vous écarte du podium…

En effet, lorsque je monte dans la voiture, mon coéquipier signale un  bruit étrange. Je ressens une vibration étrange à l’avant gauche et c’est lors de mon quatrième tour que le porte-moyeu cède nous obligeant à repasser par les stands pour une réparation. La voiture est alors immobilisée pendant 12 minutes. Cela nous coûte la victoire et nous quittons le podium. Heureusement, nos concurrents connaissent aussi des avaries et nous revenons à la troisième place.

Quelles sont vos prochaines échéances ?

Nous sommes actuellement troisième du championnat d’Europe d’endurance. J’irai en Autriche en juillet, sur le circuit Paul-Ricard en France en septembre et à Estoril au Portugal en octobre. Nous allons essayer de remporter le titre. Entre temps, je continuerai de venir en Eure-et-Loir pour maintenir et améliorer ma condition physique en courant, nageant ou en faisant du vélo à proximité de chez moi. En septembre, je reprendrai en parallèle mes cours à Sciences Po Paris.

Les communes: 
A voir aussi sur le même sujet
Valentin Porte « C’est un rêve qui se réalise ! »
Lorenzo Buffard
Lorenzo Buffard, champion d'Europe de tir : "C'est une très grande satisfaction"
Romane Libeau-Goudet : « Mon rêve serait de tourner pour Disney »

A ne pas manquer dans l'actualite

maintenantoncapte28.fr
Un guichet unique pour un réseau mobile de qualité en Eure-et-Loir
le-preau-mediatheque-prunay-le-gillon
Inauguration de la médiathèque de Prunay-le-Gillon
campus-parentalite
Éducation : un accès à Campus parentalité offert à tous les euréliens